La danse rock’n’roll
Après la seconde guerre mondiale, les danses dites “swing” arrivèrent en France avec le jazz et l’un de ses dérivés le be-bop. A Paris, à l’époque de la libération, Saint-Germain-des-prés devient le lieu de rassemblement d’une nouvelle génération d’écrivains, de musiciens et d’artistes. C’est l’époque du Café de Flore, des Deux Magots et des caves. Tout le monde se massait dans les caves pour admirer les musiciens et les danseurs. L’une des plus figures les plus emblématiques de cette époque fut incontestablement Jean Mourier alias Jano Merry qui créa le célèbre numéro de music hall les “Rats de cave”, surnom donné par extension aux danseurs des caveaux de Saint-Germain-des-prés. En rapport avec le nouveau style de jazz,
le be-bop, les touristes et les habitués donnèrent ce nom à la danse des caves. Le nom be-bop est resté jusqu’à l’arrivée fracassante de la musique rock’n’roll en 1955. Un quiproquo journalistique assimila alors la musique rock’n’roll au style de danse pratiqué dans les caveaux.
Le rock’n’roll pratiqué aujourd’hui est ainsi une évolution du be-bop pratiqué dans les caves de Saint-Germain-des-prés après la seconde guerre mondiale. C’est un style typiquement français qui se danse en 6 temps correspondant à 8 pas. Le mouvement des pieds “pas de base” est très important pour bien exécuter les figures. Des variantes de style comme des petits jetés (kicks) existent. On peut aussi réaliser des jeux de jambes, et des acrobaties.
Le rock’n’roll se danse sur une très grande diversité musicale. Les musiques rock’n’roll des années 50 sont idéales car plus simples d’écoute au niveau rythmique, mais le rock’n’roll se pratique aussi sur des musiques plus récentes
(Dany Brillant, les Forbans, Lou Bega, etc.) ainsi que sur des musiques plus jazz.

Rock'n'roll et be-bop, quelle est la différence ?
Il existe différents courants de Be-bop en France dont 3 essentiels :
• le be-bop parisien appelé rock’n’roll (celui de Saint-Germain-des-prés, le plus connu et le plus développé)
• le be-bop marseillais qui se danse sur des tempos rapides de musique Jazz avec des pas simplifiés (4 pas sur 6 temps)
• le be-bop lyonnais avec un pas systématiquement “sautillé”
On ne parle presque plus de be-bop parisien mais de rock’n’roll. Les professeurs de be-bop lyonnais et marseillais se raréfiant, ces deux courants risquent de disparaître.

Le rock’n’roll d’aujourd’hui
A partir de l'époque be-bop de Saint-Germain-des-prés, de Lyon à Marseille on continue à danser sur des musiques de plus en plus rapides de jazz. Les acrobaties, abandonnées en raison de la vitesse, sont remplacées par des fantaisies de type jazzy, par des pas simplifiés et par des jeux de jambe (breaks, fentes, jetés, brossés...). Les années 60 et 70 voient le rock’n’roll se développer fortement, notamment à Paris et à Lyon. Très rapidement une concurrence s'installe entre parisiens et lyonnais. Cette «compétition» prend de l'importance et le rock’n’roll et le be-bop connaissent un grand succès, surtout à Lyon.
Avec plus de deux millions d’adeptes en France, le rock’n’roll se hisse au hit parade des cours de danses, par son côté ludique et convivial. En effet, toutes les danses dont il est issu nécessitent rapidement une entente tacite entre les partenaires, passées les quelques figures de base «guidables». La grande qualité du rock’n’roll tient au fait que c'est l’une des rares danses dont la plupart des très nombreuses figures peuvent être guidées par le danseur, même si la danseuse ne les connaît pas, ce qui est très appréciable en soirée.

Elvis Presley (1935-1977)
Sam Philips, le créateur du label Sun, répétait souvent : “si je trouve un blanc qui chante comme un noir, je deviendrai millionnaire”.
L'oiseau rare, c'est Elvis. En 1954, il enregistre “That's all right mama”, le miracle est là. En quelques années, son ascension est fulgurante, Elvis devient le King, super star et idole de toute une génération. Son art scandaleux et subversif eut l'effet d'une véritable bombe, qui un demi-siècle plus tard rayonne encore. Son attitude volontairement provocatrice et peu soucieuse du conformisme des années 50 est sans aucun doute le plus grand bouleversement culturel et social du 20e siècle.
stage_noir.png
bollywood_noir.png
Jean Mourier alias Jano Merry
STUDIO?DANSE
logohafidarouge.png
> Contact
120 rue Anatole France • 69100 Villeurbanne • M° Gratte-Ciel •
120 rue Anatole France • 69100 Villeurbanne • M° Gratte-Ciel •
Le Rock’nRoll
> accueil